Lorsqu’on se donne pour tâche de faire une course à pieds, ce n’est pas uniquement l’effort physique qui compte. L’accent doit également être mis sur la gestion de son souffle. En effet la respiration pendant la course est un élément qu’il importe de maîtriser. Cette précaution est essentielle non seulement pour être en mesure de gagner notamment en endurance et en qualité de course. Comment donc vous y prendre pour mieux respirer lors de votre footing quotidien ?

Deux techniques de respiration : abdominale et thoracique

Respirer, c’est tout naturel, mais en pleine course elle peut paraître forcée. Si vous vous retrouvez dans cette situation après seulement quelques minutes de course à pied, il y a fort à parier que vous ne respirez pas assez bien. Il faut savoir qu’il existe deux types de respirations : la thoracique et celle abdominale. Il est conseillé pour le footing d’adopter la respiration abdominale faite avec le ventre. La raison est toute simple, elle est plus profonde que la respiration thoracique et est plus à même de remplir vos poumons d’air. Plus d’air implique bien plus d’oxygène qui arrive à vos muscles. Tout est donc question de volume, vous en avez moins avec la respiration thoracique qu’avec l’abdominale.

Ne perdez pas de vue que cet apport d’oxygène est essentiel en course à pied pour bénéficier des bienfaits du running. D’autre part, pour un renouvellement d’air optimal dans vos poumons, alternez entre des expirations longues, profondes et de grandes inspirations. L’exercice peut paraître difficile au début et peu naturel mais devient vite un réflexe grâce à la pratique. Il vous faut avoir conscience de votre respiration pour en avoir une plus grande maîtrise et éviter le désagréable point de côté et l’essoufflement. Envie de découvrir des conseils pour vous sentir en meilleure santé, visitez le site astuce-sante.fr.

Respirer par le nez ou par la bouche ?

En situation de repos, la respiration se fait par le nez. Mais avec l’intensité mise dans un footing, les narines, de par leur volume relativement faible n’arrivent pas à assurer un afflux d’air conséquent dans les poumons. Pour compenser, durant la course à pied vous respirez instinctivement par la bouche. Que retenir de ce constat, juste qu’il vous faut associer la respiration par le nez et par la bouche pour une meilleure assimilation de l’oxygène par votre corps. De plus, ne cherchez pas à fermer la bouche durant la course, maintenez la plutôt ouverte.

La coordination des mouvements et de la respiration n’est pas à négliger. Adaptez vos inspirations et expirations à vos foulées. En fonction de votre vitesse, la fréquence des phases de respiration est plus ou moins espacée.

L’amélioration de la respiration, quels sont les effets ?

La course à pied est moins épouvante quand elle est pratiquée avec la bonne technique. En apprenant à mieux respirer, les bienfaits de la course à pied sont plus manifestes, à savoir :

  • Un cœur en meilleure santé
  • Une capacité pulmonaire plus importante
  • Une plus grande endurance
  • Un meilleur contrôle du poids
  • L’élimination des graisses
  • Moins de stress

Notez que pour en arriver là, il vous faut de la pratique afin d’habituer votre corps à la répétition des efforts. Avec la maîtrise de la respiration, se crée un cercle vertueux : vous courrez plus vite, plus loin et plus longtemps augmentant au passage votre capacité respiratoire. Vous prenez aussi plus de plaisir à la course à pied ou le jogging. N’oubliez surtout pas de bien vous hydrater, avant, pendant et après votre course. L’alimentation est aussi importante, veillez à trouver le meilleur équilibre en favorisant les acides gras insaturés, les légumes, fruits et aliments à faible indice glycémique.