Quel sportif n’a jamais éprouvé de ces douleurs diffuses dans tout le corps quelques heures après une activité physique intense ? Les courbatures, pour les nommer, sont une réponse du corps qui survient généralement après une activité physique dont on a perdu l’habitude ou que l’on n’a jamais pratiquée aussi intensément. Sensation d’avoir été passé à tabac, d’être passé sous une meule… les expressions sont nombreuses pour décrire ces douleurs intenses qui se localisent dans les muscles. Pour les faire passer, il faut les comprendre. Voici donc l’essentiel à savoir sur les courbatures et les meilleurs moyens de les faire passer.

Pourquoi a-t-on des courbatures ?

Telle est la première question que l’on se pose lorsque l’on a les muscles courbaturés. Pour faire simple, les courbatures ont deux principales causes : les causes mécaniques et les causes virales et médicamenteuses.

Les causes mécaniques

Elles sont au nombre de deux.

  • Les microlésions musculaires

Lorsque vous sollicitez vos muscles au-dessus de la moyenne dont vous avez l’habitude, il se produit ce que l’on appelle un stress mécanique. Ce stress provoque à son tour au niveau des cellules musculaires des microlésions. Mais ce ne sont pas ces microlésions qui sont directement responsables des douleurs que vous ressentez. Autrement, vous ressentiriez les courbatures au moment même de l’effort. C’est dans le processus de réparation de ces microlésions que surviennent les courbatures. Et c’est à ce niveau qu’interviennent les inflammations.

  • Les inflammations

Pour réparer les dommages causés par les microlésions dans un muscle courbaturé, l’organisme met en place un processus inflammatoire qui a pour but de dégrader les structures des membranes et de les regénérer ensuite. C’est dans ce processus que l’on ressent les douleurs, les récepteurs à la douleur (nocirécepteurs) étant activés. Une expression qui rend bien compte de ce processus est le nom anglais utilisé dans le jargon scientifique pour désigner les courbatures : DOMS ( «  Delayed Onset Muscle Soreness » qui correspond à l’expression française « Douleurs musculaires à retardement »)

Les causes virales et médicamenteuses

Les courbatures ne sont pas toujours dues à des efforts mécaniques. Elles peuvent également avoir des causes non-mécaniques. En cas de courbature sans effort, on peut soupçonner d’autres causes. Mais dans ce cas, il faudrait voir un médecin pour les confirmer ou les infirmer. Les voici.

  • Les causes virales

Elles sont dues, comme leur nom l’indique, à des virus. C’est le cas par exemple du virus de la grippe. Mais la grippe n’est pas la seule maladie en cause ; il y a aussi des maladies peu fréquentes qui peuvent être à l’origine d’une courbature. Le mieux, pour en avoir le cœur net, est de vous tourner vers votre médecin.

  • Les causes médicamenteuses

Si vous suivez un traitement contre le cholestérol, il se peut que l’un des médicaments que vous preniez soit à l’origine de vos douleurs musculaires. Mais là encore, rien n’est sûr. Votre pharmacien et votre médecin sont les personnes recommandées qui sont à même de vous éclairer sur ce sujet.

  • La fibromyalgie

Enfin, dans des cas plus rares encore, les courbatures peuvent avoir pour origine la fibromyalgie, ce syndrome qui se caractérise par des douleurs diffuses dans tout le corps.

Les conduites à tenir en cas de courbature

  • Que faire ?

En dehors du cadre des efforts physiques, les courbatures ne viennent jamais seules. Il est donc primordial, en cas de courbature sans effort, que vous preniez votre température pour savoir si vous avez ou non de la fièvre.

  • Que ne pas faire ?

Ne prenez pas de médicament sans l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

Quels traitements envisager ?

  • Le repos

Le repos est la première chose à observer en cas de courbatures puisque leur toute première conséquence, c’est la baisse des capacités à l’effort des muscles. Cette baisse se traduit par une moindre tolérance à l’impact et une diminution de l’amplitude articulaire. On a également une proprioception amoindrie. Sont donc à éviter des efforts musculaires intenses et la pratique de sports nécessitant un changement d’appui (rugby, handball, football…)

  • Le massage

Comme l’indique le site astuce-sante.fr, la chose la plus commune qui vient à l’esprit quand on a un muscle courbaturé, c’est le massage. Quand bien même selon certaines têtes pensantes des cercles médicaux, les bienfaits du massage en cas de courbature sont un sujet à controverses, il demeure néanmoins que cette pratique soulage tout du moins momentanément ceux qui souffrent de courbatures.

L’autre versant de la question est qu’au même moment que certains contestent son efficacité sur l’atténuation durable des douleurs dues aux courbatures, d’autres en démontrent l’efficience. C’est ainsi que des études réalisées par une équipe de chercheurs canadiens en 2012 ont démontré que le massage produit dans le muscle courbaturé des changements métaboliques. L’un de ces changements concerne les gênes chargées de la diminution des mécanismes d’inflammation. Selon ces mêmes études, le massage aurait fort à faire dans la création des mitochondries, ces micro-organismes chargés de la production d’énergie, cette énergie qui est nécessaire à la cicatrisation des microlésions musculaires.

Pour le massage, certaines huiles essentielles se révèlent d’une aide précieuse. Sont à citer entre autres l’huile essentielle de combava, l’huile essentielle de clémentine, l’huile essentielle d’hélichryse italienne et l’huile essentielle d’eucalyptus globulus.

  • Les médicaments

Il s’agit essentiellement des anti-inflammatoires et des antalgiques : Paracétamol, Ibuprofène, Aspirine… Ces médicaments seraient néanmoins, selon certaines études, peu recommandables en cas de courbatures. En cause, leur nature propre qui est de résorber les inflammations. Or, dans le processus de réparation des microlésions cellulaires, le processus inflammatoire est nécessaire. Certains de ces médicaments même peuvent se révéler dopants. Voilà donc une raison pour privilégier plutôt le repos et le massage.

Y a-t-il des précautions à prendre pour éviter les courbatures ?

On ne peut vraiment pas empêcher les courbatures d’arriver. Mais on peut minimiser les risques d’en avoir une. Comment ?

  1. En ménageant son corps. Cela implique en premier de connaître ses limites.
  2. En évitant les exercices qui engagent à des contractions pliométriques (comme les squats par exemple).
  3. En s’hydratant avant toute activité sportive. L’organisme en a besoin dans son processus de synthèse des protéines, synthèse indispensable à la réparation des cellules musculaires.
  4. En mangeant des aliments riches en protéines naturellement, puisque les protéines sont engagées dans le processus de la réparation micro-cellulaire… Les aliments riches en glucides ne sont pas aussi à négliger ; les muscles en ont besoin pour produire de l’énergie.
  5. En faisant les étirements à chaud. Cela consiste à s’étirer pendant l’échauffement plutôt qu’avant.
  6. En ne démarrant pas trop intensément les efforts.
  7. En faisant régulièrement de l’activité sportive. Cela permettra aux muscles de s’adapter progressivement aux efforts qui leur sont demandés.
Notez cet article